Open Innovation: The Cooperathon Approach

Open Innovation: The Cooperathon Approach

 

A few months ago Mentors Montreal, an organisation I founded, was drafted to help provide and manage mentors for the Cooperathon; an open innovation competition organised by the Desjardins Group, in collaboration with Hacking Health and CIC.

Open innovation - Baker Marketing Desjardins is the largest association of credit unions in North America. Hacking Health organises hackathons in the health sector around the world and CIC is a financial services group under the umbrella of the French Crédit Mutuel Bank.

The competition is loosely based on the hackathon[1] model and lasts a full month. The goal is to bring everyday people, entrepreneurs, intrapreneurs, startups, organisations and companies of all sizes together to solve social challenges and hopefully create new, viable, companies and organisations rather than just software.

In my view, open innovation is one of the most useful growth tools in an organisation’s arsenal.  Open innovation has come to mean different things to different people. Originally it was used specifically for technological innovations. The expression was applied mostly in large organisations and it basically meant having an external party contribute to the development of a new technology or furthering an existing one.

Today open innovation (sometimes referred to as collaborative innovation) is more a mindset than a specific concept.

It is also applied to all types of innovations, in all sectors, and not only technological ones. The only part of the original definition that still stands is that it requires collaboration between, at least, two distinct (ownership wise) entities.

How can open innovation help my organisation?

Open innovation - Baker Marketing Companies and organisations that do not practice some form of open innovation will most likely not prosper or even survive the next decade.  This because scientific and technological progress is happening at such a fast pace (compared to recent history) that no single organisation can keep up on its own.[2]

How open innovation can benefit a startup

Collaborating with an established business or organisation of any size can help you:

  • Find your product/market fit sooner
  • Discover new markets
  • Get access to expensive equipment/machinery/ resources/expertise faster
  • Find the most efficient business model
  • Grow your network/eco-system
  • Grow at a faster pace

How open innovation can benefit companies and organisations

if you’re an established company or organisation, open innovation can help you:

  • Get faster (and cheaper) access to new markets and/or hard to find expertise
  • Witness and/or Integrate a new business model
  • Understand and implement more efficient processes/equipment
  • Accelerate the development of new products

How the Cooperathon does open innovation

Open innovation - Baker Marketing As mentioned, the Cooperathon brings startups, companies and organisations together to innovate.  It has taken the hackathon concept and adapted it with the specific goal to create lasting companies or organisations that will have a significant positive impact on society.

Desjardins Group (mostly their Desjardins Lab innovation team) and Hacking Health created the concept of the Cooperathon 3 years ago. Every year they evolve and grow it. The Cooperathon is thus a startup itself going through very similar stages as the more traditional startup.  It would appear that 2017 was the year they found their product/market fit.

From a couple dozen teams, in Montreal, in 2015, the 2017 edition of Cooperathon brought together;

  • over 600 participants in 3 cities (Montreal and Québec, in Canada and Lyon in France)
  • 111 teams
  • 135 mentors and experts from various entrepreneurial eco-systems
  • 18 sponsors
  • over 100 contributing partners (companies, organisations -public and NPO – and communities such as Mentors Montreal)

They invited other companies, organisations and governments to submit challenges and employees to coach/work with the teams, created during the Cooperathon, to solve these challenges.

The focus was on 4 different sectors; Health, Fintech, Smart City and Education.

During the course of the competition the teams are offered pertinent workshops on the newest entrepreneurial management methods (including Lean Startup type approaches) and access to experts and business mentors to help them create and start executing on their business model.

The financial cost to the participants is limited to the registration fee (ranges between 15 and 50CAD). The money collected from those fees is donated to a local charity. This year the Dr Julien Foundation was the recipient.

Desjardins has a coop, social-democratic culture and this reflects on the criteria used to evaluate the projects.

Sustainability, environmental awareness and positive social impact are as important as the financial viability of a project.  This type of event serves to show that open innovation can also be used to better society as a whole and bring companies, large and small, onboard to work on social issues.

Total prizes exceeded 100 000 CAD divided in multiple categories. Individual cash prizes ranged from 5 000 to 12 500CAD.

Other prizes included admission to a Silicon Valley accelerator program (with flight and lodging) for the Startup track, as well as incubator program admission and workspace for the other tracks.

Social impact of the Cooperathon

Open innovation - Baker Marketing Such open innovation competitions serve multiple purposes.

  • They bring out of basements great initiatives and projects that may otherwise not see the light of day.
  • They help train fledgling entrepreneurs and quickly expand their network.
  • They increase, at an exponential rate, the cross-pollination and communication between various fields of study, business sectors, community organisations (public or private) and government.
  • They help bring to light and solve (or at least attempt to) the most pressing social issues
  • They allow large organisations, including governments, to better understand the local entrepreneurial eco-system and get their feet wet with open innovation
  • They expose companies of all sizes to cutting edge innovation management techniques and expertise
  • They strengthen the entrepreneurial and innovation eco-systems of their community

The Cooperathon, and other such open innovation initiatives, serve not only to accelerate innovation in a given society, they also help educate and empower entrepreneurs and intrapreneurs alike who want to make this world a better place.

My personal experience with the 2017 Cooperathon was amazing. I learnt so much and expanded my network at a record pace. I also got to meet an incredible amount of everyday people doing extraordinary deeds and surpassing themselves in a way they didn’t even know possible.

I strongly recommend you get involved in open innovation events in your community. I am certain it will make your life better as well.

[1] Hackathons are intensive events (usually held over a weekend) that gather various professionals to create a software application that will solve a specific problem.

[2] Hydra-type organisations such as Alphabet are doing a better job at innovating than traditional organisations because they mimic an entire eco-system that has incorporated open innovation in their business model.

Mentorat de démarrage – Leçons apprises

Mentorat de démarrage – Leçons apprises

Dans le billet précédent, nous avons vu un bref sommaire de la première année d’existence de Mentors Montréal.  Nous avons dressé un portrait des mentors et des entrepreneurs ainsi que du fonctionnement de la communauté.

Dans ce billet, nous nous attarderons sur les leçons apprises à ce jour. Je vous raconterai également l’histoire d’une entrepreneure en devenir et de l’impact que Mentors Montréal a eu dans sa vie. Enfin, des suggestions de pistes à suivre, afin d’améliorer l’offre de services de mentorat pour les entrepreneurs en devenir à Montréal, seront offertes.

 

Mentorat de démarrage - Baker MarketingLeçons apprises

On peut catégoriser les types de questions provenant des entrepreneurs en devenir en trois niveaux.

Informations ponctuelles

Il s’agit de questions du type Pourriez-vous me recommander une personne dans l’organisme ou l’entreprise X ou Dois-je facturer la TPS/TVQ dans telle circonstance?

Ce type de question fait généralement partie d’un processus de recherche d’information déjà amorcé et fait souvent appel au réseau du mentor ou à  une connaissance spécifique d’information.

Elles peuvent être répondues directement.

Le mentor peut aussi utiliser ce type de questions pour aborder l’importance du réseau d’affaires et s’assurer que le mentoré déploie des efforts adéquats pour construire son propre réseau.

Acquisition de connaissances/compétences

Ces questions sont du type Où puis-je trouver du financement? Ou Connaissez-vous un bon comptable, avocat ou autre professionnel?

Ce sont les questions les plus fréquentes. L’entrepreneur fera face presque quotidiennement à ce genre de questionnement tout au long du cycle de vie de son entreprise.

Bien que le réflexe du mentor est souvent de lui donner une réponse directement, il est plus utile pour l’entrepreneur de le guider dans  le processus cognitif qu’il doit développer afin de non seulement trouver réponse seul(e) mais aussi s’assurer qu’il/elle se pose la bonne question.

Un exemple de réponse à la question sur le financement serait :

Quelles démarches as-tu fait pour trouver du financement à date? 

L’objectif ici est de comprendre le processus cognitif déjà enclenché pour répondre à la question

À quoi servira ce financement?

Permet de faire prendre conscience à l’entrepreneur qu’il existe des outils de dette appropriés pour chaque type de besoin. On peut amorcer une réponse à ce stade en lui parlant des différents organismes qui offrent des types précis de financement.

Comment le montant sera-t-il repayé?

Permet la prise de conscience des coûts et autres contraintes liées au financement

Y-a-t-il une autre avenue que le financement pour accomplir ton objectif?

Une fois les coûts et contraintes liés à la dette réalisés, l’entrepreneur sera plus ouvert à explorer d’autres sources de capitaux.

Questions existentielles

Ce type de questions touche les motivations,  préférences et le caractère de l’individu

Elles sont du type Est-ce que j’ai ce qu’il faut pour être entrepreneur?

Il est plus utile ici aussi de guider l’entrepreneur dans sa réflexion plutôt que d’essayer de formuler une réponse. D’abord parce que le mentor n’a pas la réponse à ce type de question. Ensuite, parce que l’entrepreneur doit prendre conscience de nombreux facteurs sous-jacents à sa question afin d’y trouver réponse par lui ou elle-même.

Un exemple de questions posées par le/la mentor pourrait être :

Qu’est-ce que ça veut dire pour toi d’être entrepreneur?

Permet de comprendre les attentes et craintes du mentoré.

Comment vois-tu le quotidien d’un entrepreneur? (si pas déjà répondu à la 1ère question)

Le mentor peut ici partager des tranches de son quotidien qui aideront le mentoré à avoir un portrait plus complet de l’entrepreneuriat.

Qu’est-ce qui t’effraie le plus dans la possibilité d’être entrepreneur? (si pas déjà répondu à la 1ère question)

Souvent, le mentoré a des craintes non fondées. C’est le moment de les dissiper. Lorsque ses craintes ont un fondement, le mentor peut partager les traits de caractères ou astuces qui lui ont été les plus utiles pour surmonter les difficultés mentionnées. Cela permettra à l’entrepreneur de juger s’il/elle possède les attributs nécessaires ou si il/elle veut faire l’effort pour les développer.

Il ne s’agit ici, bien entendu, que d’exemples de réponses. Le contexte du mentoré influencera fortement l’approche prise par le/la mentor. L’idée directrice est, dans la mesure du possible, de s’assurer que le/la mentoré(e) reparte avec non seulement les réponses nécessaires mais surtout les outils cognitifs pour trouver réponses à ses prochaines questions. On n’arrive pas à ce type de résultat avec une seule rencontre mais au cours de multiples échanges.

Une dyade mentorale (relation mentor/mentoré) peut durer une vie. En moyenne, par contre, le/la mentore aura transmis une majeure partie de son savoir être entrepreneurial en 18-24 mois de rencontres mensuelles.

 

Mentorat de démarrage - Baker MarketingL’histoire de Marie, entrepreneure en devenir

Les leçons apprises donnent un aperçu de ce qu’un entrepreneur en devenir peut s’attendre à obtenir de la part d’un/e mentor(e).  En concret, un mentor peut avoir un impact très significatif non seulement sur l’évolution professionnelle mais également personnelle de son/sa mentoré(e).

Je vous offre l’histoire véridique de Marie (nom fictif) qui s’est présentée à une rencontre de Mentors Montréal au printemps dernier.

Jeune professionnelle qui travaillait depuis 4 ans dans le secteur institutionnel de la santé, Marie n’arrivait pas à exercer sa profession en fonction de ses valeurs. Elle a donc songé à démarrer sa propre entreprise.

Sa famille et ses amis l’en dissuadaient. Professeurs, fonctionnaires, employés de longue date, aucun d’entre eux n’avait été exposé à l’entrepreneuriat.  Ils l’incitaient fortement à conserver son emploi bien rémunéré et assuré à l’hôpital. Marie, qui ne connaissait rien à l’entrepreneuriat, n’avait où se tourner.  Tout ce qu’elle savait est qu’elle était malheureuse.

Son copain, qui désespérait de voir Marie décrépir émotionnellement au quotidien, lui suggéra d’assister à une rencontre de Mentors Montréal, afin de mieux comprendre ce qu’était l’entrepreneuriat.

Lors d’une première soirée à Mentors Montréal, Marie a pu échanger avec une demi-douzaine de mentors. Elle y a trouvé des oreilles attentives, de l’empathie, des suggestions et de nombreuses informations sur des ressources pertinentes.  Elle a pu, entre autre, repérer un organisme montréalais qui soutenait les entrepreneurs dans son secteur d’activité.

Quelques mois plus tard, lors d’une rencontre subséquente de Mentors Montréal, Marie accompagnée de son copain et resplendissante de bonheur, m’a prise par la main et m’a dit, je dois vous parler.

Les yeux brillants Marie a raconté son parcours des derniers mois. Suite aux suggestions de mentors rencontrés, Marie s’était intégrée dans la communauté entrepreneuriale de son secteur d’activité. Elle a offert ses services bénévolement à trois entreprises en démarrage, qui l’intéressait, pendant qu’elle continuait son travail à l’hôpital.

Après quelques semaines,  convaincue qu’elle serait entrepreneure, mais qu’elle avait encore beaucoup à apprendre, Marie a intégré à titre d’employé à temps plein une des entreprises en démarrage où elle était bénévole.  Son objectif était d’y travailler 9-12 mois tout en démarrant sa propre entreprise.

Marie m’a confié qu’avant sa rencontre avec les mentors de Mentors Montréal, elle se voyait prise dans un emploi qui l’obligeait à agir à l’encontre de ses valeurs pour le restant de ses jours ou à refaire une autre formation. La découverte de l’écosystème entrepreneurial montréalais lui a redonné espoir qu’elle pouvait pratiquer sa profession selon ses valeurs et à sa façon.

Son copain, qui assistait à l’échange et souriait sans cesse, a dit qu’il n’avait jamais vu Marie si heureuse. Il la voyait s’épanouir à vu d’œil depuis les dernières semaines.

J’ai reçu un long message de Marie il y a quelques semaines.  Elle et son copain sont maintenant mariés. Ils ont quitté Montréal pour le Qatar, où  son conjoint a obtenu un poste qu’il convoitait.  Elle est à mettre en place son entreprise.  Elle m’a confié que, sans son élan entrepreneurial, elle n’aurait jamais accepté de suivre son conjoint.  Elle est maintenant emballée, bien qu’un peu effrayée, à l’idée de démarrer son nouveau projet tout en apprivoisant la culture entrepreneuriale locale.

Marie n’est qu’une des douzaines d’entrepreneurs en devenir dont le parcours professionnel, et parfois personnel,  a été modifié suite à ses rencontres avec des mentors.

Ce qui est très valorisant à titre de mentor, œuvrant auprès d’entrepreneurs en devenir, est la satisfaction de débloquer ce potentiel entrepreneurial chez certains individus et de les voir s’épanouir  à travers leurs projets.

 

Mentorat de démarrage - Baker MarketingPistes d’amélioration

Il manque en fait bien peu d’éléments pour rendre le mentorat d’affaires plus accessible aux entrepreneurs montréalais en devenir[1].

Montréal est doté d’un superbe écosystème entrepreneurial. Qu’il s’agisse de communautés meetups dédiés aux entrepreneurs, d’incubateurs, de labs, de hackathons, d’organismes d’aide aux entrepreneurs, d’accélérateurs (sectoriels ou universitaires) ou d’organismes de capitaux de risques tous les services possibles sont offerts aux entrepreneurs.

Le mentorat d’affaires est souvent un des services de ces organismes. Chacun d’entre eux a sa propre base de mentors. Si bien qu’un entrepreneur en devenir doit dans un premier temps repérer l’organisme qui offre l’accès à un mentor, satisfaire ses critères d’admissibilité (ce qui est impossible pour ceux en phase de réflexion) et trouver le ou la mentor(e) avec qui il/elle se sent confortable.  Un parcours qui en décourage plusieurs.

Un répertoire centralisé de mentors

Un répertoire centralisé de mentors, commun aux différents organismes d’aide aux entrepreneurs,  faciliterait l’accès au service de mentorat. Cela tant pour les organismes d’aide que pour les entrepreneurs.

Multiplier les points d’accès

Les organismes d’aide pourraient, par exemple, offrir un local où un mentor résidant (plusieurs mentors en rotation) accueillerait les entrepreneurs avec ou sans rendez-vous. Les organismes pourraient se relayer de façon à  partager les coûts liés à l’utilisation du local et assurer un accès permanent.

Publiciser les services de mentorat

La plupart des organismes d’aide, dont la mission première n’est pas le mentorat, publicisent très peu leur offre de service mentorale, qui est généralement réservée à leurs clients.

Si tous les organismes d’aide rendaient visible sur leur site web ou leur autres plateformes de médias sociaux la possibilité de rencontrer un mentor d’affaires (non seulement pour leurs clients, ce qu’ils font déjà), cela aiderait grandement à accroître l’accessibilité.

Retirer les contraintes

L’accès aux services de mentorat pour les individus en réflexion ou au début de leur démarrage devrait être libre de toute contrainte et lié à aucun critère d’admissibilité. Leur avenir étant souvent incertain et leur profil très varié, toute contrainte agirait à titre de frein.

Idéalement les mentors ne seraient pas des conseillers de l’organisme hôte mais bien des mentors bénévoles indépendants à qui on offrirait un espace gratuit où rencontrer des entrepreneurs en devenir pour quelques heures.

Cela n’empêcherait en rien aux organismes d’utiliser la base de mentors pour leur propre programme en parallèle tout en imposant les contraintes qui leur permettraient de répondre à leurs objectifs respectifs.

Virtualiser l’accès

Une application,  rattachée au répertoire central des mentors, pourrait également permettre des rencontres virtuelles avec des mentors. Mentors Montréal explore, depuis quelques mois, diverses applications qui permettraient ces rencontres virtuelles.

Bien  que la clientèle visée par Mentors Montréal ne soit pas complètement monétisable (une partie n’est pas inclus dans la définition gouvernementale des usagers des organismes d’aide aux entrepreneurs), pour les organismes d’aide aux entrepreneurs elle peut par contre s’intégrer dans leur modèle d’affaires et servir de pépinière, de laboratoire et de lieu d’échange neutre avec les autres organismes à vocation similaires.

Cette première année d’opération de Mentors Montréal nous aura donc permis d’atteindre les objectifs fixés. Soit de desservir les besoins en mentorat d’affaires d’entrepreneur en devenir et de servir de laboratoire et de lieu d’échange neutre aux organismes montréalais d’aide aux entrepreneurs. Elle aura aussi permis à certains organismes du milieu, de mieux comprendre les besoins de cette clientèle en amont de l’entrepreneuriat.

Mentors Montréal poursuivra dans cette même lancée au cours de sa seconde année et travaillera, avec ses partenaires, à accroître l’accessibilité et améliorer l’offre de services de mentorats d’affaires aux entrepreneurs montréalais en devenir.

[1] Le mentorat d’affaires est déjà très accessible à Montréal aux entrepreneurs qui sont bien avancés dans leur démarrage ou en opération.

Mentors Montréal – Le mentorat d’entrepreneurs en devenir

Mentors Montréal – Le mentorat d’entrepreneurs en devenir

 

Ce billet s’adresse principalement aux mentors d’affaires qui s’intéressent au mentorat de pré-démarrage et de démarrage ainsi qu’aux organismes qui desservent ces entrepreneurs en devenir. Il a pour objectif de partager l’expérience de la première année d’opération de la communauté Mentors Montréal créée spécifiquement pour desservir ces clientèles encore mal desservies dans la région de Montréal.

Mentorat d'affaires - Baker MarketingQu’est-ce que le mentorat d’entrepreneurs en devenir?

La définition pure du mentorat  implique une relation de soutien, d’aide, d’échange et d’apprentissage entre un mentor (préférablement bénévole) et un mentoré, dans le but de développer le mentoré.

La version plus puriste du mentorat d’affaires repose principalement sur la transmission du savoir-être entrepreneurial. La transmission de savoir-faire étant plutôt associée au coaching.

Il est important ici de ne pas confondre mentorat d’affaires et mentorat professionnel. Ce dernier a pour objectif le développement de compétences et/ou de faciliter l’ascension des échelons professionnels (à l’intérieur d’une même entreprise ou non).

Dans la culture populaire nord-américaine le mentorat d’affaires est axé sur la santé financière et la pérennité de l’entreprise plus que sur le savoir-être entrepreneurial.

Ce type de mentorat, qu’on qualifie parfois de mentorat à l’américaine, implique que le mentor peut agir également à titre de coach ou même de conseiller afin de prendre le chemin qu’il ou elle juge le plus court vers la santé financière de l’entreprise. Ce type de mentor partagera son réseau d’affaires, référera des clients et ira même jusqu’à investir financièrement dans l’entreprise de son mentoré.

Pour de plus amples détails sur l’offre de services de mentorat d’affaires à Montréal je vous invite à lire mon billet intitulé Démystifier le mentorat d’affaires à Montréal.

Le mentorat d’affaires, même dans sa version puriste, implique une portion de coaching (ou de savoir-faire). Généralement, plus l’entrepreneur possède d’expérience entrepreneuriale (dans son secteur d’activités), moins il a besoin de coaching (savoir-faire).

Inversement, puisqu’on ne devient pas entrepreneur automatiquement le jour où on décide de se lancer en affaires, les entrepreneurs en début de parcours ont un plus grand besoin de coaching (savoir-faire).

Corollairement un entrepreneur en début de parcours est aussi généralement moins réceptif à la transmission de savoir-être entrepreneurial puisqu’il n’est pas encore rendu à cette étape de son cheminement.

Mentors Montréal - Baker MarketingMentors Montréal

Il y a près d’un an maintenant, j’ai créé à l’aide de nombreux bénévoles, la communauté de Mentors Montréal.

Mentors Montréal compte plus de 250 participants dont environ le tiers est des femmes. Mentors Montréal regroupe plus de 50 mentors qui ont un minimum de 2 années d’expérience entrepreneuriale ou qui ont œuvré depuis de nombreuses années auprès d’entrepreneurs en devenir.

Principaux objectifs de Mentors Montréal

L’objectif premier de Mentors Montréal est de desservir les besoins en mentorat/coaching d’affaires des individus en pré-démarrage (réflexion) ou au début de leur période de démarrage (idéation et début de l’étape de découverte).

Un second objectif est d’offrir un terrain neutre d’échange, d’observation de la clientèle et d’expérimentation aux différents organismes montréalais dont la mission est (en totalité ou en partie) d’informer, de coacher et/ou de mentorer ces entrepreneurs en devenir.

L’équipe de Mentors Montréal

Présentement, autre que l’auteure de ces ligne, l’équipe de bénévoles qui permet à Mentors Montréal d’exister se compose d’employés d’organismes du milieur. Les organismes représentés sont l’École des entrepreneurs (ancien SAJE en Affaires), Futurpreneur, la Fondation Montréal Inc. et le Réseau M, qui est également un de nos deux commanditaires (l’autre étant Desjardins qui nous offre l’espace pour les rencontres). Les autres bénévoles sont (ou ont été)  des entrepreneurs ou gestionnaires chevronnés impliqués dans la communauté entrepreneuriale montréalaise.

Il est important de noter que ces employés, à une exception, contribuent bénévolement et à titre personnel à l’organisation des rencontres de Mentors Montréal. Il va sans dire qu’il s’agit de gens passionnés d’entrepreneuriat et fortement engagés dans la communauté entrepreneuriale montréalaise.

Les mentors

Le profil des mentors varient grandement. Certains ont plus de 20 ans d’expérience et sont chefs d’entreprises d’envergure internationales. D’autres sont des travailleurs autonomes ou ont démarré leur entreprise il y a à peine quelques années.  Leur âge varie entre 25 et 65 ans avec une majorité entre 40 et 55 ans. Leur secteur d’activité est également très varié avec une légère concentration dans le secteur des TI.

Suite à une vérification de leur parcours professionnel les mentors, qui s’inscrivent à la communauté via la plateforme Meetup, n’ont qu’à se présenter aux rencontres, lorsque disponibles, et aider, du mieux qu’ils ou elles le peuvent les mentorés présents.  Les mentors sont libres de revoir ou non les mentorés à l’extérieur des rencontres.

Mentors Montréal - Baker Marketing

Les rencontres

Les rencontres de Mentors Montréal ont lieues aux 4 à 6 semaines (jusqu’à présent dans le superbe Desjardins lab du Complexe Desjardins) et offre l’accès à une dizaine de mentors ou plus pour des sessions de speed mentoring qui durent de 10 à 15 minutes chacune. Elles sont annoncées deux ou trois semaines à l’avance.

Suite à une brève présentation des mentors, un participant rencontrera jusqu’à 5 ou 6 mentors pendant une soirée lors de séances de speed mentoring. Le format de la soirée est également propice au réseautage et aux échanges entre participants.

 

Mentorat d'affaires - Baker MarketingProfil des participants

La grande majorité des membres de Mentors Montréal sont des entrepreneurs en devenir à l’une des deux étapes suivantes :

Pré-démarrage (15 à 20%)

Ces individus sont à l’étape de la réflexion et n’ont pas encore pris une décision ferme quant à savoir s’ils feront le saut vers l’entrepreneuriat ou non. Ils peuvent ou non avoir une idée de produit ou service à offrir mais n’ont fait aucune démarche pour la développer. Ils ont généralement peu ou pas d’information sur les ressources disponibles aux entrepreneurs.

Début du stade de démarrage (65-80%)

Ces individus ont décidé de poursuivre leur idée entrepreneuriale. Une majorité ne le fait pas encore à temps plein. Ils sont généralement au stade d’idéation ou, dans une moindre proportion, au début du stade de découverte. Ils n’ont souvent pas encore une modèle d’affaires précis en tête. Ils ont généralement une bonne idée des ressources disponibles aux entrepreneurs bien qu’ils en aient encore à découvrir.

Dans ces deux catégories ont retrouve une majorité qui appartient à un des trois profils suivants:

  1.  Étudiant universitaire ayant terminé ses études. Il a parfois une courte expérience en grande entreprise ou institution. Plus souvent, il ne trouve pas un travail (rémunéré) dans son domaine et se tourne vers l’entrepreneuriat pour acquérir de l’expérience.
  2.  Professionnel immigrant, souvent hautement qualifié, ayant de la difficulté à s’intégrer dans le marché du travail.
  3. Professionnel d’expérience, ayant œuvré ou œuvrant dans la grande entreprise. Il, ou moins fréquemment, elle a perdu son emploi, l’a quitté volontairement ou songe à le faire.

Mentors Montréal - Baker MarketingBesoins des entrepreneurs en devenir en matière de mentorat/coaching

Les besoins varient significativement selon le stade où se situe l’individu.

 

Pré-démarrage

Les besoins de ces individus, parfois entrepreneur en devenir parfois non, se situent principalement à un de ces trois niveaux.

  1. Accompagnement dans leur décision de se tourner vers l’entrepreneuriat ou non
  2. Comprendre ce qu’est l’entrepreneuriat; le quotidien et les implications pratiques (incorporation ou non, comment obtenir un no. de TPS/TVQ, location d’espace de travail, site web, assurances, gestion du temps, etc.)
  3.  Connaître les ressources disponibles aux entrepreneurs (informations, formations, financement, etc.)

Début de démarrage

Les besoins de ces entrepreneurs en devenir sont un peu plus variés. En majeure partie, ils se retrouvent à un des niveaux suivants.

  1. Comment vendre
  2. Clarification du modèle d’affaires ou de certaines de ses composantes
  3. Bâtir son réseau d’affaires
  4. Financement et partenariat

Dans le cas des immigrants récents on peut ajouter à cette liste le besoin de comprendre la culture d’affaires locale.

Dans la seconde et dernière partie de ce billet je traiterai des leçons apprises sur le mentorat pour entrepreneurs en devenir et de certains des impacts observés sur les membres de la communauté de Mentors Montréal depuis la dernière année.  Finalement, quelques pistes, qui permettraient d’améliorer les services de mentorat d’affaires pour les entrepreneurs montréalais en devenir, seront suggérées.